Partenaires

Partenaire du développement par delà les frontières, Eurefi apporte de la sérénité
à l’entreprise, en développement, qui sait qu’un partenaire solide
s’est engagé à ses côté pour contribuer au succès de son projet

 


PORTEFEUILLE

(Cliquez sur l'onglet pour en savoir plus sur l'entreprise)



  • BIO-TECHNOLOGIE / MEDICAL

    www.ablsa.com

    Accompagnée par EUREFI fin 2005 dans une phase encore start-up, ABL se positionne à présent comme l’un des spécialistes sur le marché de la bioinformatique visant l’interprétation diagnostique et les choix thérapeutiques, ce à l’aide de bases de données médicales, plus spécifiquement dans le secteur des maladies infectieuses (Sida, Tuberculose, ..., voire certains cancers).

    Le partenariat initié en 2008 avec ROCHE DIAGNOSTIC ESPAGNE s’est amplifié en 2010 et 2011, au point que d’autres partenariats sont en cours de négociation sur d’autres pays, en attente sans doute d’un rapprochement plus structurel. L’entreprise a connu d’autres succès importants notamment en Afrique du Sud. Une filiale a été précisément créée dans ce pays pour répondre à la forte demande principalement dans le domaine du Sida.

    Encours fin 2011 1.124.000 EUR
  • FABRICATION MÉTALLIQUE  


    SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE


    www.aci-elevation.com

    Cette prise de participation réalisée en 2008 s’inscrivait dans le cadre d’une opération de transmission d’une société leader en France sur le marché de la fabrication de monte-charges industriels et de tables élévatrices. Malgré un environnement économique qui reste tendu, les résultats se sont encore améliorés en 2011 grâce à l’expérience et l’apport de compétences du groupe majoritaire qui a opéré le rachat.

    Encours fin 2011 620.000 EUR
  • Une participation minoritaire mais stratégique

    Entreprise : Amiquar
    Dirigeant : François Quarré, Président Directeur Général

    Localisation : Paris (France)  

    L’activité : Emballages isothermes, films à bulles, bennes, menuiserie, balises de repérage, plastiques injectés, calages, mousses techniques, escaliers métalliques, bornes géodésiques, outils pour engins de génie civil, élévateurs… Les produits les plus simples ou les plus sophistiqués… rien n’arrête le groupe Amiquar, en tout cas dans ses secteurs de prédilection que sont l’emballage, la mécanique et l’injection plastique. Rien ne l’arrête non plus d’un point de vue diversification géographique : il est présent dans une quinzaine de départements français et en Roumanie tandis qu’il exploite des filiales commerciales en Belgique, en Allemagne, en Espagne, en Russie… Et puis, au-delà de ses secteurs de prédilection, il est actif dans l’équipement de jardin en bois, le mobilier urbain, la bagagerie…

    Amiquar est en fait une société de type holding industrielle qui contrôle majoritairement un ensemble éclectique d’une vingtaine de sociétés industrielles. Fondée par François Quarré – ancien haut dirigeant de la Société Générale de Belgique – elle s’est spécialisée dans le rachat d’entreprises en transmission et/ou en difficultés.

    Quatre fondamentaux caractérisent l’action de François Quarré à la tête de son groupe. Un : il a su s’entourer d’une équipe pluridisciplinaire de haut vol dont les membres investissent et s’investissent dans les structures reprises.

    Deux : conséquence de leur implication, ces dirigeants sont directement associés aux résultats.

    Trois : au-delà de l’investissement financier, l’apport se mesure en compétences et en expertises de manière à créer rapidement de la valeur dans les sociétés du groupe.

    Quatre : la diversification sectorielle et géographique ainsi que la détention d’entreprises leaders dans leur secteur ont permis de créer un groupe solide aux fondamentaux financiers excellents.

    Le projet : En prenant des participations dans Amiquar, EUREFI constitue ce qu’on appelle communément un investissement de « fond de portefeuille ». Il n’entend pas pour autant jouer un rôle passif. L’objectif de l’opération vise à sceller un partenariat sur le long terme avec un groupe qui pourra amener chez EUREFI de nouvelles opportunités d’investissement, EUREFI bénéficiant ainsi d’une position « premium » dans certaines négociations. Une première opération de ce type a eu lieu avec la société Cellutec. Dans la foulée, le holding Amiquar pourrait être associé comme partenaire industriel dans des projets identifiés par EUREFI dans sa zone de prédilection.

    Cette opération s’inscrit donc dans un partenariat stratégique général avec ce groupe industriel fortement implanté dans la zone d’intervention traditionnelle d’EUREFI (Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace) afin de l’accompagner dans son développement et ses futures croissances externes.

    L’intervention Eurefi : EUREFI a investi 350.000 euros dans le groupe Amiquar.
  • ÉQUIPEMENT ET SERVICES AUX ENTREPRISES/COLLECTIVITÉS

    www.arcomat.fr

    EUREFI a accompagné début 2007 une opération de retournement dans le cadre d’un plan de sauvegarde de cette société spécialisée dans la conception, la fabrication et la maintenance de mobilier urbain et panneaux d’affichage. Après une phase de restructuration, l’entreprise a renoué avec les bénéfices. Les exercices 2010 et 2011 ont confirmé la hausse du chiffre d’affaires et des résultats. Une procédure de sortie négociée du plan de sauvegarde est en cours, qui devrait permettre à la société de s’adosser à un partenaire susceptible de lui apporter une dimension internationale.

    Encours fin 2011 680.000 EUR
  • SECTEUR AUTOMOBILE

    www.estampage.eu

    Premier producteur français de bielles et second européen, le groupe ADJ a confirmé son redressement en 2011. ADJ a réussi à augmenter son chiffre d’affaires dans un marché difficile marqué par un net recul des immatriculations et une augmentation du prix de l’acier. Signe que le groupe poursuit avec un réel succès sa diversification produits (bielles pour camions, engins de chantier et matériel agricole notamment). La prochaine étape sera de réussir la diversification géographique qui apparaît indispensable pour répondre à la pression croissante sur les prix imposée par les constructeurs automobiles et qui exige que ADJ, acteur de taille moyenne, formalise des alliances. Dans le cadre de cette nouvelle donne, la contribution de la filiale AMI spécialisée dans l’usinage de bielles est un atout.

    Encours fin 2011 302.000 EUR
  • FABRICATION MÉTALLIQUE SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE

    www.belrobotics.com

    EUREFI a investi aux côtés de la SRIW et de grands patrons wallons dans cette société active dans la fabrication de robots pour espaces verts et terrains sportifs. EUREFI joue un rôle actif au sein du Comité de Direction pour assurer la réorganisation du groupe et le redéploiement des activités. L’arrivée d’un nouvel administrateur-délégué a dopé le processus de réorganisation et la dynamique des ventes. L’exercice écoulé est en phase avec les budgets, 2012 s’annonce en progression significative.

    Encours fin 2011 550.000 EUR
  • ENVIRONNEMENT / DÉVELOPPEMENT DURABLE

    www.en-tandem.be

    CEDIP holding est notamment l’actionnaire principal de « Artisans du Terroir » (voir rubrique agro-alimentaire). EUREFI a remonté en 2009 une partie de sa participation Artisans du Terroir dans ce holding de tête et renforcé sa position via une nouvelle intervention. Ce holding diversifié est surtout présent dans le secteur des énergies renouvelables et plus spécifiquement la production, le montage et l’exploitation de mini centrales hydrauliques. Ce créneau d’activités est en croissance constante et dégage de bons résultats. La montée en puissance de nouveaux projets devrait s’accélérer en 2012.

    Encours fin 2011 398.000 EUR
  • Se faire emballer par CELLUTEC

    Entreprise : Cellutec

    Dirigeants : Richard Régnier (président-directeur général), François Quarré (actionnaire majoritaire du holding Amiquar qui détient Cellutec).

    Localisation : Burnhaupt-le-Haut (France-67)

    L’activité : Prenez une machine à laver, un téléphone portable, un parfum, un coffret cadeau, un ensemble d’outils… tous ces objets s’achètent généralement bien calés dans un emballage en mousse. Prenez une voiture… si l’habitacle n’est plus envahi désormais par les bruits du moteur c’est grâce au placement d’éléments insonorisants en mousse, très performants. Prenez un pack de bouteilles d’eau de marque, il est souvent lui aussi muni de poignées en mousse pour son transport… Prenez des pièces industrielles fragiles pour l’automobile ou tout autre secteur, elles voyagent entre sous-traitants et lignes de montage bien calées dans des supports en mousse, taillés sur mesure…

    Ces produits a priori anodins et parfois éphémères, cachent un véritable savoir-faire technique et intellectuel. En Europe, ce savoir-faire c’est la spécialité du groupe Cellutec et de ses filiales Calpac, LB Technique, Cellutec Rom et PSD.

    En fait, le groupe Cellutec est leader européen dans le métier de la transformation et de l’usinage des mousses cellulaires de type polyuréthane et polyéthylène, plus particulièrement dans les domaines de l’emballage, du calage et de l’acoustique. Son travail a la couleur de la menuiserie, a l’odeur de la sculpture sur mesure… mais n’est vraiment ni l’un ni l’autre. Créée en 1980, l’entreprise a changé une première fois de mains sept années plus tard, avant de connaître de graves difficultés au début de la décennie 90. Elles déboucheront sur la reprise, en 1993, par le groupe Amiquar..

    Cellutec assure alors son développement par l’obtention de nouveaux marchés et l’acquisition ciblée de petits concurrents. Cette stratégie répond à un triple objectif : agrandir son portefeuille clients,assurer une proximité géographique avec les donneurs d’ordres et assurer une diversification sectorielle.

    C’est ainsi que, pour l’heure, avec ses 163 ouvriers et employés, elle est active dans 5 grands secteurs : automobile, électrique, nucléaire, santé et produits de luxe. Outre une activité historique à Burnhaupt-le-Haut, elle possède également des sites de production à Nogent-le-Rotrou, Saint-Chamond et Cestas en France. Elle est également présente à Brasov en Roumanie où elle accompagne la société Dacia-Renault.

    Technologiquement, l’activité utilise des machines-outils de menuiserie reconditionnées pour l’usinage de la mousse et complétées par de la gravure laser ou de la sérigraphie – activité simple donc mais qui suppose en amont un important travail de bureau d’étude. C’est d’ailleurs à ce niveau que Cellutec fait la différence avec la concurrence et s’assure d’une belle visibilité dans le secteur.

    Le projet :Début 2011, Cellutec a acquis la société PSD, société très rentable qui dispose d’un portefeuille clients intéressant – notamment dans l’électroménager – et a permis à l’entreprise de se renforcer dans le Sud-ouest de la France. Cette acquisition s’inscrit clairement dans la stratégie de croissance du groupe qui repose sur une politique de croissance externe ciblée (segments clients, segments géographiques). L’emballage étant une activité connexe à d’autres secteurs, l’entreprise est généralement exposée aux cycles du marché. Cette nouvelle diversification sectorielle et géographique doit lui permettre d’améliorer sa résistance. En investissant dans Cellutec, EUREFI soutient clairement cette stratégie de consolidation par la diversification. L’intervention Eurefi : EUREFI a investi quelque 830.000 euros en capital
  • Avec Herman, sortez couvert

    Entreprise : Chapellerie Herman

    Dirigeant : Alexandre Herman, administrateur-délégué

    Localisation : Wellin (Belgique)

    L’activité : Cent trente-six ans ! Cela fait 136 ans que le nom Herman est associé à la chapellerie. Il est vrai aussi qu’en 1874, quand Justin Herman a flairé la bonne affaire au détour d’une conversation dans une… diligence, tout le monde sortait couvert et les chapeaux se vendaient comme des petits pains. N’empêche, parti de rien, il a créé une entreprise florissante spécialisée dans la fabrication de couvre-chefs (chapeaux et casquettes), qu’il a transmise de génération en génération, jusqu’à Alexandre Herman.

    À 36 ans, le nouveau patron – bachelier en ressources humaines et ancien consultant dans des cabinets de recrutement – avance cependant dans un marché plus complexe. L’évolution des coûts de production et la mondialisation croissante ont eu raison de la manufacture historique : en 2000, la mort dans l’âme, Pierre Herman sort la dernière casquette de l’atelier wellinois. Mais c’était compter sans le sursaut de la génération suivante, qui réinvente bientôt le business du chapeau : d’une part, la conception et le design à Wellin, d’autre part, la production en Amérique centrale, en Amérique du Sud et, surtout, en Asie (en Chine principalement). Quant aux clients finaux, ils évoluent entre Belgique, France et Grand-Duché de Luxembourg. À 136 ans, la chapellerie Herman génère une dizaine d’emplois contre une centaine il y a un siècle, mais elle renoue avec le succès. Dans un marché de niche, elle joue sur les plates-bandes de Stetson, Borsalino, Panniza, Bailey… Qualité comparable mais prix plus abordables pour le client. Il faut dire que le chapeau est redevenu à la mode, il trône au rayon « accessoires » au même titre que les bijoux, les ceintures… Herman travaille cependant sur tous les segments, de la chapellerie classique jusqu’au sport wear en passant par le vêtement de travail. Par ses choix de modèles et de coloris, la chapellerie wellinoise tente de généraliser le produit couvre-chef à toutes les générations afin de lui rendre ses lettres de noblesse.

    Le succès se mesure aussi aux investissements matériels et immatériels : un nouveau hall digne de notre époque accueille désormais stocks et bureaux tandis que la marque a renoué avec une présence commerciale plus agressive sur les foires spécialisées et dans les réseaux de distribution. L’entreprise renforce donc sa position, dope son chiffre d’affaires notamment en multipliant les produits annexes (gants, écharpes, parapluies…) et donne à ses créations un rythme de vie plus proche des tendances et des saisons. Une entreprise qui rêve aussi, un jour, de reprendre une micro-production dans sa région d’origine.

    Le projet : Les évolutions récentes de la société se sont faites sous l’impulsion d’Alexandre Herman, administrateur-délégué du groupe. Il entend accélérer encore ces processus de changement et la croissance de son chiffre d’affaires, notamment en rachetant un concurrent situé près de Lyon. Il s’agit de la première étape d’un processus de croissance externe plus systématisé dans un marché à nouveau porteur.

    L’intervention Eurefi : L’intervention d’EUREFI vise à accompagner l’expansion stratégique (rachat d’actions et rachat du concurrent français) et à structurer le groupe en vue de réaliser à l’avenir d’autres opérations de croissance. À cette fin, EUREFI investit 750.000 euros dans Herman International, situé au Luxembourg et appelé à jouer un rôle de plateforme de développement à l’international.
  • SECTEUR AUTOMOBILE

    www.defta.eu

    DEFTA est un opérateur significatif dans le secteur de la découpe et de l’emboutissage. Après deux exercices difficiles suite à la crise qui a frappé le secteur automobile, le groupe a, grâce à un management de grande qualité et l’entrée du FMEA (Fonds de Modernisation des Equipementiers Automobiles), retrouvé une santé financière et un très bon niveau de performances. Après un premier rachat d’entreprise, le groupe a procédé à de nouvelles acquisitions en 2011 et lorgne d’autres cibles pour renforcer sa position et devenir un acteur stratégique de la filière automobile. Les fondamentaux du groupe sont (re)devenus très bons.

    Encours fin 2011 2.874.000 EUR
  • FABRICATION MÉTALLIQUE

    SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE


    www.drumel.fr

    Les activités du groupe ont été fortement impactées par la crise, ce qui a conduit le management à prendre des mesures drastiques de réorganisation. L’entreprise a travaillé à l’amélioration de son offre en termes d’usinages, en orientant les efforts commerciaux vers des productions plus techniques et complexes, captant au passage de nouveaux clients dans de nouveaux secteurs d’activités. Les autres activités du groupe (négoce métaux et fabrication de machines outils pour le secteur bois) ont moins souffert de la crise économique, un projet de cession de la filiale d’équipements bois-énergie a été concrétisé sur 2011 permettant à la société de se recentrer sur son métier de base et de mobiliser de nouveaux capitaux. La progression et diversification du portefeuille clients se poursuit, des acquisitions externes étant à l’étude.

    Encours fin 2011 402.000 EUR
  • FABRICATION MÉTALLIQUE

    SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE

    www.bennesamb.com

    Reprise en 2008 par EB Holding, la société AMB spécialisée dans le négoce de bennes métalliques a dû faire face à un véritable effondrement de ses ventes en 2009. Un plan de continuation a été négocié auprès du Tribunal de Commerce en vue d’une relance commerciale et d’une diversification produit qui permettront de cerner les perspectives de survie de la société. L’exercice en cours est conforme au budget, la société reprend progressivement des couleurs.

    Encours fin 2011 200.000 EUR
  • COMMERCE / DISTRIBUTION

    www.emondarlon.bmw.be

    Considéré par la marque BMW comme l’un de ses « champions » , Philippe EMOND a compris que l’extension de son groupe passait par une « internationalisation de proximité » . Dès 2009, il initiait des négociations pour reprendre la « plaque BMW » de Champagne Ardenne , dès 2010 il concluait, avec le soutien d’EUREFI, le rachat de ces concessions, multipliant son chiffre par 1,5. Le groupe travaille aujourd’hui à professionnaliser les équipes en France et à moderniser les sites et les équipements en France, un garage sur site neuf ayant été investi à Reims.

    Encours fin 2011 1.000.000 EUR
  • FABRICATION MÉTALLIQUE SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE


    www.gnt.fr

    Le Groupe GNT est actif en maintenance industrielle et travaux neufs mécanique et tuyauterie. Au travers de ses 9 filiales, il couvre l’ensemble de la zone transfrontalière Nord Est de la Belgique à la Franche-Comté et se positionne comme le leader des intervenants indépendants. Sa clientèle est très diversifiée, de l’agroalimentaire à la sidérurgie en passant par l’énergie ou la pharmacie. Diversification qui lui a permis de mieux résister à la crise qui a durement touché l’industrie. EUREFI accompagne le groupe en qualité d’actionnaire depuis 2004, tout d’abord en capital développement puis depuis 2008 dans le cadre d’une opération d’OBO.

    Encours fin 2011 748.000 EUR
  • SECTEUR BOIS



    EUREFI a choisi d’accompagner un des leaders européens de production, distribution et commercialisation de sapins de Noël et accessoires. L’objectif de l’intervention est de conforter la surface financière du groupe pour lui permettre d’atteindre les objectifs de croissance interne et externe que les dirigeants se sont fixés ; une première acquisition ayant été réalisée en France sur 2010. D’autres pistes de croissance (interne/externe, voire joint-venture) sont en étude.

    Encours fin 2011 602.000 EUR
  • TIC (Technologies de l’Information et de la Communcation)


    www.iptrade-networks.com

    Start-up positionnée sur le secteur de la téléphonie, IP Trade propose des solutions intégrées et innovantes pour salles de marché, ses clients, pour la plupart de grandes banques et institutions financières, sont répartis sur le monde entier. La société, sous l’impact de la crise notamment, a dû restructurer ses effectifs et son organisation, abaissant significativement son point-mort. Parallèlement, la société a décidé de décliner son offre vers des produits plus standards tels les centres d’appels et les secrétariats. Cette diversification lui permet de progresser en termes de chiffre d’affaires. De nouveaux actionnaires ont investi alors que parallèlement la société s’est drastiquement réorganisée. La progression des ventes aujourd’hui laisse présager d’heureuses perspectives d’exit à moyen terme.

    Encours fin 2011 1.1600.000 EUR
  • ÉQUIPEMENT ET SERVICES AUX ENTREPRISES/COLLECTIVITÉS


    www.saremico.fr



    La société a définitivement surmonté les difficultés inhérentes à la procédure de RJ qu’elle a subie. Elle a diversifié ses activités centrées historiquement sur le froid industriel, vers le secteur porteur des nouvelles techniques des pompes à chaleur, ce qui lui ouvre de nouveaux débouchés et vecteurs de croissance.

    L’exercice 2010 a confirmé la belle progression de 2009 tant en termes de Chiffre d’affaires que de résultats, l’exercice 2011 a conforté ces tendances. La société présente aujourd’hui un taux de résultat très positif. Une consolidation des structures financières est en cours.

    Encours fin 2011 186.000 EUR
  • ÉQUIPEMENT ET SERVICES AUX ENTREPRISES/COLLECTIVITÉS


    www.laurin-technologies.fr

    Partenaire quasi incontournable de pétroliers tels Total, Esso, Shell, Agip … Laurin assure la gestion, l’entretien et la maintenance tant des éclairages que de la signalisation de stations-service mais aussi, la mise en œuvre de projets « automat ». L’entreprise traversant des difficultés financières, elle a été intégrée, sous l’impulsion d’Eurefi, dans le groupe MADIC, n° 2 en France sur ce secteur. L’exercice 2010 a marqué un renouvellement des investissements des groupes pétroliers mais l’entreprise reste encore fragile ; les chiffres 2010 et 2011 ont été encourageants, mais la progression devrait encore s’améliorer

    Encours fin 2011 600.000 EUR
  • SECTEUR BOIS


    www.oberflex.fr

    OBER, spécialiste du panneau bois décoratif sous la dénomination OBERFLEX, appuie son développement sur un savoir-faire inégalé allié à une stratégie active d’enrichissement des gammes. Leader européen sur un marché de niche, le groupe met régulièrement sur le marché de nouvelles collections répondant aux attentes des clients en quête de créativité et d’originalité. Les acteurs du bâtiment, de l’industrie et de la construction navale sont notamment clients d’OBER.

    En 2008, EUREFI a investi dans OBER FINANCES, holding majoritaire de la société OBER, dans le cadre du rachat des titres d’un actionnaire minoritaire ainsi que pour accompagner un plan de développement.

    L’exercice 2011, bien que marqué par un léger recul du chiffre d’affaires consolidé, apparaît comme satisfaisant pour la marque OBERFLEX tirée par les ventes à l’international et pour la filiale tunisienne STAMIFLEX malgré le printemps arabe. Le groupe subit néanmoins sa première perte consolidée sous l’effet des coûts de restructuration pour solde de tout compte engagés pour reconfigurer sa filiale parisienne MAROTTE.

    Encours fin 2011 431.000 EUR
  • COMMERCE / DISTRIBUTION


    www.pointchaud.be

    Le groupe belge actif dans les terminaux de cuisson et restauration rapide à base de produits de boulangerie sous l’enseigne Point Chaud opère à travers un réseau mixte de magasin propres et de magasins franchisés. Le groupe a poursuivi sur 2011 sa croissance sur la Belgique.

    Encours fin 2011 1.000.000 EUR
  • COMMERCE / DISTRIBUTION


    www.pointcarre.be

    Pionnier dans le développement de points de vente en prêt à porter multi-marques en zone semi-urbaine, Point Carré a enregistré une croissance remarquable sur 2010, le conduisant à près de 30 implantations sur les territoires belge et luxembourgeois. L’exercice 2011 n’a pas répondu aux attentes, les nouveaux investissements n’ayant pas (encore) apporté la performance attendue.

    Ce temps d’arrêt dans le processus de croissance a conduit le management à resserrer les paramètres de gestion, ce qui contribuera aux résultats de demain. Le groupe entend poursuivre avec l’aide d’EUREFI son développement sur le Luxembourg et la France.

    Encours fin 2011 700.000 EUR
  • SECTEUR BTP


    www.prestosid.fr

    Spécialisée dans la déconstruction industrielle et le désamiantage, PRESTOSID a fait l’objet en 2006 d’une opération LBO à travers la holding PRESTINVEST avec le soutien d’EUREFI. La société a maintenu, sur 2011, son niveau d’activité enregistré en 2010, confirmant sa forte progression d’activité depuis la reprise en 2006.

    Encours fin 2011 270.000 EUR
  • TIC (Technologies de l’Information et de la Communcation)


    www.prodware.fr

    En 2007 la société PRODWARE a racheté la société C2A dans laquelle EUREFI était actionnaire. L’opération s’est effectuée par un paiement partiel en titres de la société PRODWARE, cotée en bourse.

    PRODWARE poursuit sa croissance tant au niveau de son activité que de sa rentabilité. L’environnement boursier instable ne conforte malheureusement pas ces résultats au niveau de son cours.

    Encours fin 2011 427.000 EUR
  • SECTEUR BTP


    www.schelfhaut.be

    Actif dans la fabrication et distribution d’articles de protection solaire, de volets roulants et de portes sectionnelles à usage résidentiel et professionnel, cette entreprise accompagnée en 2008 a dû faire face à la crise au moment précis où entrait en activité son tout nouveau site de production. La forte implication de son management a permis de surmonter la crise et de mettre en place une organisation adéquate pour un retour vers la croissance. Le développement de la gamme de produits propres, notamment sous l’enseigne DESSOL, se poursuit.

    Encours fin 2011 1.000.000 EUR
  • COMMERCE / DISTRIBUTION


    www.sequoiashop.com

    SEQUOIA a implémenté un nouveau concept de magasins « bio », en appliquant les recettes des grandes surfaces à la vente de produits « bio » (fruits et légumes, cosmétiques, produits d’entretien, de literie .

    Le groupe est aujourd’hui à la tête de 3 magasins en Belgique et envisage des duplications du concept développé, en France et au Grand-Duché de Luxembourg. Porté par une tendance structurelle forte qui voit une demande croissante de produits « verts » et « bio » , le groupe travaille à la mise au point d’un concept de franchise , qui devrait accélérer le développement d’enseignes et la pénétration des marchés.

    Encours fin 2011 1.000.000 EUR
  • BIO-TECHNOLOGIE / MEDICAL


    www.symfo.com

    Cet investissement d’EUREFI, réalisé au second semestre 2009, visait à accompagner le développement commercial de cette jeune société active dans la collecte de données sous format électronique, ce dans le cadre d’essais cliniques de validation de médicaments. Devant les aléas des marchés (processus de sélection et décision longs), l’entreprise a choisi de s’adosser à un groupe américain qui réalise une intégration opportune. Notre exit sera étalé dans le temps.

    Encours fin 2011 450.000 EUR
  • ÉQUIPEMENT ET SERVICES AUX ENTREPRISES/COLLECTIVITÉS


    www.technolia.fr

    La potentialité de déclinaisons multiples du produit de base a motivé EUREFI à participer en 2006 au tour de table de cette start-up, aux côté de BIP. Proposant à l’origine des bornes intelligentes et interactives pour maîtriser le stationnement particulier tel que le stationnement minute, les places réservées (handicapés, taxis, convoyeurs de fonds,…), le stationnement à durée limitée, … la société a complété son offre en développant la première solution intelligente de rechargement de véhicules électriques ou hybrides et, dans ce contexte, capté plusieurs marchés publics pilotes (Strasbourg, Nice, …).

    Les exercices 2010 et 2011 ont vu la concrétisation de marchés importants en bornes de recharge de véhicules électriques, ce qui a permis d’ouvrir des négociations avec d’importants groupes en vue d’une cession potentielle, sans succès jusqu’ici. Le business unit « bornes de parkings » connaît par contre une belle progression, le business model de ce type d’activités étant rentable. La société reste aujourd’hui encore fragilisée par une situation cash tendue.

    Encours fin 2011 831.000 EUR
  • TIC (Technologies de l’Information et de la Communcation)



    www.jway.lu

    Spécialisée dans l’édition sur mesure de formulaires et documents administratifs complexes, la société a profilé une gamme de produits qui devraient lui assurer une croissance plus significative de ses ventes. Cette nouvelle orientation pourrait déboucher en 2011 et 2012 sur des partenariats stratégiques importants. La courbe des ventes s’améliore mais la société reste de petite taille …

    Encours fin 2011 155.000 EUR
  • ÉQUIPEMENT ET SERVICES AUX

    ENTREPRISES/COLLECTIVITÉS


    www.diadeis.com


    C’est en 2006 qu’EUREFI a investi dans VAVINEL, véhicule destiné à la reprise d’AIS via une opération LBO. Depuis AIS est devenue DIADEIS, spécialisée dans la numérisation de données (numérisation patrimoniale) et la publication d’ouvrages sur différents médias. Le groupe a poursuivi sa stratégie de croissance, le dirigeant a racheté les actions détenues par EUREFI, les OCA étant maintenues.

    Encours fin 2011 750.000 EUR